Quand TDAH rime avec succès : Christine St-Onge en témoigne

TDAH adulte

Quand TDAH rime avec succès : Christine St-Onge en témoigne

Témoignage de Christine St-Onge, Artiste / Designer

J’ai eu le grand plaisir de faire la rencontre de la belle Christine, douce et souriante, lors de la séance photo du calendrier TDAH. J’ai eu l’impression de la connaître depuis longtemps!

Son positivisme, son ouverture et ses bonnes idées créatives, font de Christine une collaboratrice hors pair! Nous sommes vraiment choyées de pouvoir bénéficier de ses talents artistiques pour la création du calendrier! Je suis donc très heureuse de vous partager son témoignage que voici :

1. Comment as-tu su que tu avais un TDAH?

Petite, j’avais des comportements étranges :

  • Sursaut volontaire sur ma chaise
  • Éclat de petits sons aigus dans le but ou non d’être entendu
  • Me cacher inutilement pour faire des sauts aux gens
  • Trouble d’apprentissage ; difficultés à lire, à écrire et à rester concentrer
  • Toujours dans la lune ou plutôt dans ma bulle
  • Ricaneuse pour des raisons incompréhensibles
  • Ét, j’en passe…

Durant toute ma jeunesse, j’ai eu besoin d’encadrement pour réussir. Croyez-le ou non, ce n’est qu’au Cégep que j’ai d’abord été diagnostiquée avec la belle brochette de dyslexie, dysorthographie et dyscalculie. Inutile de vous dire que je me suis alors demandée comment j’avais fait pour me rendre jusque-là ! Moi qui pourtant fut celle qui fut intimidée et pointée du doigt comme la petite fille «pas bonne», qui devait aller dans la classe des «pas bons»… Bref, à ce moment, ce poids lourd qui me pesait depuis longtemps est finalement tombé de mes épaules. Je pouvais enfin dire que j’étais une personne fière et intelligente, avec un taux de Qi plus élevé que la moyenne.

Aux fils des ans, je demeurais quand même avec des doutes et des questionnements «sur mon moi» me sentant encore à l’écart des autres, pour ne pas dire «extraterrestre». C’est suite à des crises d’anxiété que j’ai décidé de demander de l’aide pour avoir des outils afin de «mieux vivre» et mieux me comprendre.

C’est à cette étape que mon psychologue m’a conseillé de passer le test de dépistage TDA/H et, bingo ! En plus de m’être libérée des doutes, non seulement j’apprends à mieux comprendre comment «je fonctionne», mais cela me permet surtout d’établir de nouvelles façons de regarder vers l’avant et de m’accepter comme je suis, en appliquant des trucs pour aller encore plus loin.

  • Oui ! Je suis souvent dans ma bulle ;
  • Oui ! Je suis à la dernière minute ;
  • Oui ! Je fais plusieurs choses en même temps ;
  • Oui ! J’entame mille et un projets en même temps ;
  • Oui ! Tout ça me met parfois des bâtons dans les roues

Mais je réussi dans la vie grâce à des trucs que j’ai développé avant même d’avoir été diagnostiquée TDAH, et ça, j’en suis aussi très fière.

C’est vraiment spécial car instinctivement, j’ai choisi un métier me permettant d’utiliser ma bulle pour gagner ma vie. Lorsque je travaille, je suis dans un monde qui me permet d’atteindre un précieux équilibre, celui de la créativité. N’est-ce pas merveilleux !

2. Quels défis le TDAH met-il sur ton chemin ?

Le plus grand défi pour moi, c’est de garder le focus dans mes plans, mes projets, mes objectifs ou les tâches ménagères. Même si physiquement c’est difficile à voir ou à croire, vous n’avez aucune idée à quelle vitesse «ça roule dans ma tête». Ça va vite-vite-vite, si vite, que mes pensées, idées et/ou objectifs se « promènent » dans tous les sens et, une fois qu’elles s’y retrouvent, c’est l’ouragan à la maison. J’en ris !

Demeurer assise, sans rien faire, est tout un défi pour moi. Si je ne bouge pas physiquement, je bouge mentalement. Pour vous donner une petite idée, cela peut me prendre 30 minutes avant de réellement m’assoir pour écouter un film. Je dois m’assurer que je passerai les 2 prochaines heures sans n’avoir besoin de rien. Faire mes ongles ou ma liste d’épicerie tout en mangeant des chips en écoutant un film, j’en suis capable! Même que ça m’aide à me concentrer sur le dénouement… Étrange hein ?! Chapeau à mon copain qui mérite une médaille pour sa patience ! Je suis chanceuse car en plus, je lui fais sincèrement rire, sans même m’en rendre compte. Hihi!

Pour revenir à mes moutons, en général, mes objectifs sont si précis et complets dans ma tête. J’oublie que mon cerveau est plus rapide que ce qu’il m’est possible de faire dans une journée! Alors ma liste de choses à faire s’accumulent rapidement ! Si je le pouvais, je ferais tout en même temps. Je dis toujours que j’aimerais avoir un ou deux clones. Ça irait plus vite et peut-être même que je m’accorderais des breaks ! Présentement j’aimerais en avoir un pour terminer la rédaction de mon texte, car plein d’idées se bousculent.

3. Comment parviens-tu à relever ces défis (stratégies, ressources, etc.)?

Voici mes 5 clés magiques : Marcher, écrire, organiser, Pomodoro et musique ! Hum… De «kessé?» Je vous explique.

  • Marcher : J’aime prendre des marches (en nature, si possible) pour méditer, parler et réfléchir tout haut. Cela m’aide beaucoup, car souvent ce sont de toutes petites choses anodines qui sont «trop» présentes dans mon esprit, alors je les libère. Que ce soit des émotions, des doutes, des solutions, etc. C’est comme pour moi une séance de Yoga mentale dont j’ai besoin pour atteindre un équilibre.
  • Écrire et organiser : Dans mon atelier, ma porte étant un tableau, je prends environs 30 minutes pour écrire, encercler et parfois même dessiner mes priorités de la journée. Ce tableau est mon guide. Une fois que j’écris, tout est plus claire dans ma tête (même chose lorsque je me parle tout haut). Je peux alors commencer ma journée de travail en toute aisance. Pendant la journée, lorsque je sens que je déconnecte, je regarde ma porte et POUF, je redeviens sur terre.
  • Promodoro : Pour arriver à gérer mon temps, j’utilise la technique de productivité : Pomodoro. Lui, c’est mon patron ! C’est lui qui me donne des pauses ou qui «m’oblige» à garder le focus… Ça fonctionne ! En réalité, c’est une application installée sur mon ordinateur qui me permet de gérer mon temps. Je programme mon Pomodoro à 45 minutes de travail intensif durant lequel je ne réponds ni au téléphone, ni à mes textos, ni à mes courriels et parfois même ni à mes envies de pipis. Ces 45 minutes sont exclusivement réservées à mon travail, pour ensuite me donner de 5 à 8 minutes de pauses. C’est alors que j’en profite pour répondre à mes messages, mes emails, etc…. Je réussi même à partir une brassée de lavage ! Mais attention, je dois le noter quelque part pour ne pas l’oublier, haha! Au fils des années, j’ai compris que mon cerveau peut être hyper productif pendant 45 minutes sans arrêt. En 45 minutes, je peux faire ce qu’une personne « normale» ferait en 2 heures, ou presque. Donc vous comprendrez que ma pause, je l’ai besoin !
  • Musique : Travailler avec la musique m’est absolument nécessaire. Sans elle, je suis partout et nulle part en même temps. La musique m’hypnotise, si je peux dire ainsi. Elle me garde dans mon projet actuel. Dépendamment du projet sur lequel je travaille, j’ai parfois besoin de musique classique, tantôt métal, tantôt Folk, c’est très relatif !

4. Quelles sont tes forces et caractéristiques qui ont contribué à ton succès ? Et Comment?

La bonne humeur, l’humour, l’hypersensibilité et l’empathie sont mes plus importantes qualités… Viennent-t-ils de mon TDAH ? Aucune idée! Toutefois, elles sont bel et bien ancrées en moi et ce, depuis toujours. C’est pourquoi j’utilise ma façon d’être pour évoluer et me réaliser. Au fils des années, j’ai développé une force qui a fait de moi une personne résiliente, persévérante et remplie de gratitudes.

Je dois aussi dire que les encouragements de mon conjoint, de mes amis et de ma famille ont toujours été présents. Sans eux, j’aurais souvent abandonné et je serais probablement ailleurs aujourd’hui ! Je crois aussi que mon côté têtu et aventureux y est pour quelque chose, hihi.

Selon moi, il n’y a pas UNE recette au bonheur ou au succès… Si oui, je dirais que cette recette se nomme : «être soi-même» et s’accepter peu importe l’étiquette ou le diagnostic qui nous est donné. Si j’avais un conseil à donner, ce serait de prendre des décisions et faire des choix qui nous ressemblent. Pour y arriver, il faut se connaitre soi-même, s’aimer, s’accepter et se faire confiance.

Vous savez quoi? Certes nos points forts sont importants, mais si on ne connait pas nos points faibles, on ne peut pas s’améliorer ! Donc, l’important est de se connaitre et de s’aimer pour mieux grandir et s’épanouir dans la vie.

J’en profite également pour dire que depuis quelques années la balle est lancée et j’ai espoir qu’un jour, le système scolaire sera mieux adapté pour les enfants considérés différents. Parlons-en aisément !

Je remercie sincèrement Christine pour son touchant témoignage, lequel démontre parfaitement que le TDAH peut mettre des pierres sur notre route et qu’alors, nous pouvons les laisser s’accumuler jusqu’à monter un mur qui nous empêche d’avancer, ou bien choisir d’utiliser ces pierres pour construire un pont qui tracera le chemin vers notre réussite.

Pour découvrir les belles créations de Christine, je vous invite à visiter sa boutique en ligne de cadeaux et d’arts décoratifs Atelier Cri.

Mélanie Touzin

Laisser un commentaire